Skip links

Chirurgie réparatrice des tumeurs cutanées

Chirurgie réparatrice des tumeurs cutanées

Chirurgie cutanée > Tumeurs cutanées

Chirurgie cutanée > Tumeurs cutanées

La peau est notre enveloppe corporelle qui nous protège des agressions extérieures. Elle présente des qualités remarquables : potentiel de régénération, élasticité, plasticité…
La peau peut être sujette au développement de tumeurs qui peuvent être bénignes ou malignes. Il en existe un très grand nombre, et nous ne parlerons que des plus fréquentes. Elles peuvent apparaître avec l’âge ou être présentes depuis la naissance.

Les tumeurs cutanées bénignes sont majoritairement représentées par les naevi ou grains de beauté, les kystes et les lipomes.
Les tumeurs cutanées malignes, principalement causées par le soleil, sont majoritairement représentées par les carcinomes et les mélanomes.
Le traitement de ces tumeurs cutanées passe souvent par la chirurgie.

Voici les explications du Docteur Jonathan FRAY, chirurgien esthétique pratiquant la chirurgie des tumeurs cutanées à la Réunion.

Différents types de tumeurs cutanées et solutions chirurgicales

Tout savoir sur les tumeurs cutanées

Tumeurs bénignes, tumeurs malignes, techniques chirurgicales… Voici quelques points importants à connaitre avant d’entreprendre une chirurgie des tumeurs cutanées.

Les naevi ou grains de beauté : ce sont des petites tâches mélaniques, pouvant être situées sur toute la surface de la peau. Leur exérèse est souvent relativement simple, et occasionne une cicatrice qui sera dissimulée dans un pli, ou dans les lignes de moindre traction cutanée au visage. Ils peuvent parfois dégénérer en mélanome, et leur surveillance par 1 Dermatologue est nécessaire.

Les kystes : ce sont des tuméfactions sous-cutanées, de consistance dure, arrondies, souvent développées à partir d’un follicule pileux poussant à l’envers. Leur exérèse est un peu plus délicate car l’idéal est de ne pas les percer, mais ils sont fragiles. Ils peuvent parfois devenir volumineux.

Les lipomes : ce sont également des tuméfactions sous-cutanées de type graisseuses, de consistance molle, parfois mal délimitées. Lorsqu’ils dépassent 6cm de grand axe, ils peuvent parfois dégénérer en liposarcome. Une IRM est alors nécessaire.

Les carcinomes (ou épithéliomas) basocellulaires : ce sont les tumeurs malignes les plus fréquentes. Leur agressivité est locale. Leur traitement est la chirurgie, et nécessite une marge de sécurité de 5mm en général, pour mettre toutes les chances de notre côtés pour éviter une récidive. Si on ne fait rien, la lésion va grossir, et ne pourra alors plus être enlevée sans mutilations importantes. Les douleurs dans ce cas sont alors très difficiles à soulager même avec des antalgiques puissants.

Les carcinomes spinocellulaires ou épidermoïdes : sont des tumeurs assez fréquentes, dont l’agressivité est locorégionale, avec parfois une atteinte des ganglions de drainage. Leur traitement est la chirurgie, et nécessite une marge de sécurité de 6 à 10mm en fonction des localisations.

Les mélanomes : sont des tumeurs, moins fréquentes, dont l’agressivité dépend de leur épaisseur : l’indice de Breslow. La marge de sécurité sera adaptée au Breslow. Le mélanome peut parfois envoyer des métastases au niveau des ganglions, et de certains organes (cerveau, foie, os,…). De manière à savoir si les ganglions sont envahis, au-delà de 0.8mm de Breslow, il est classique de réaliser la technique du ganglion sentinelle. En parralèle, on réalise un bilan d’extension avec TEP scanner (scanner nucléaire), et IRM cérébrale. En cas de métastases, les chimiothérapies, et/ou immunothérapies font partie de l’arsenal thérapeutique. Tout cela sera discuté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP), regroupant des dermatologues, des cancérologues, des radiothérapeutes, et des chirurgiens.

La chirurgie : l’intervention consiste à enlever la lésion, qui est systématiquement envoyée en analyse au laboratoire.
Dans les cas où la perte de substance crée par l’exérèse est de taille raisonnable, une fermeture par suture directe est possible, et il en résultera une cicatrice.
Dans les cas où la perte de substance est trop importante pour une fermeture directe, on a recours soit aux greffes de peau, soit aux lambeaux de couverture.

La greffe de peau : elle consiste à prendre une fine couche de peau sur un site donneur (devant ou derrière l’oreille, pli sus-claviculaire, face interne du bras, pli inguinal, racine de cuisse, cuir chevelu,…), et de la mettre en place sur le site receveur. La greffe est maintenue plaquée 3 à 5 jours par un pansement.

Les lambeaux (ou plasties locales) : ce sont des morceaux de peau, de graisse, de muscle, d’os,…, reliés à l’organisme par des vaisseaux pour assurer leur survie. Une fois découpés, ils vont pouvoir être mobilisées :

  • soit à proximité : ce sont les lambeaux locaux qui restent attachés.
  • soit à distance : ce sont les lambeaux libres, dont les vaisseaux sont temporairement coupés et rebranchés sous microscope sur la zone à couvrir.
Photo avant après

Photos Avant Après de chirurgie des tumeurs cutanées

Des photos avant après de chirurgie réparatrice des tumeurs cutanées pourront vous être présentées lors de votre consultation avec le Docteur Fray afin de vous aider dans votre choix.

* Les photos sont publiées avec l’autorisation des patients, compte tenu de mon engagement à préserver leur anonymat.

Les étapes de l’intervention

Consultation pré-opératoire

Dans la mesure où il s’agit dans la majorité des cas d’un acte de chirurgie plastique, 1 seule consultation avec le chirurgien peut suffire.

Au cours de cette consultation, je vous informerai des modalités de l’opération, je vous expliquerai l’emplacement des cicatrices, à l’aide de photos, de mesures, toujours dans l’idée d’une harmonie avec votre morphologie.

Je vous informerai au sujet des bénéfices, et des risques ou complications liés à l’intervention en vous remettant et expliquant la fiche d’information de la SOFCPRE (Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique, la société savante des chirurgiens plasticiens) correspondant à la chirurgie des tumeurs cutanées.
Je répondrai à toutes vos questions au sujet de votre future opération.

Le tabac favorisant toutes les complications et notamment la nécrose (mort) de la peau, il devra être impérativement arrêté 1 mois avant et 1 mois après l’opération. À cet effet, une consultation avec un tabacologue est conseillée.

Nous validerons alors l’opération et nous fixerons une date opératoire.
Un devis vous sera remis, ainsi qu’un consentement éclairé (document attestant que vous avez lu et compris le déroulement de l’opération).

Une consultation avec l’anesthésiste 1 à 2 semaines auparavant peut être nécessaire pour qu’il vous informe au sujet de l’anesthésie et vous prescrive au besoin un bilan biologique.
Il vous informera des modalités de prise en charge de la douleur après la chirurgie.

Votre chirurgien : Dr Jonathan Fray

Le Dr Fray est chirurgien plastique à la Réunion, spécialiste de la chirurgie cutanée dont la chirurgie réparatrice des tumeurs cutanées fait partie.

En savoir plus sur le Dr Fray

Les étapes de l’intervention

Le jour de l’intervention

Dans les cas simples, même en cas de petite greffe de peau ou de lambeau local, l’intervention a généralement lieu sous anesthésie locale et dure environ 30 à 45 minutes. Elle est réalisée en chirurgie ambulatoire, c’est-à-dire que vous rentrez à domicile le jour même.

Dans les cas de chirurgie délabrante, avec des tumeurs plus volumineuses, nécessitant une greffe de peau de grande taille, ou des grands lambeaux éventuellement libres, l’opération peut durer plusieurs heures, et nécessite alors une hospitalisation de quelques jours : vous entrez la veille de la chirurgie, et sortez dès que votre état le permet. Ces opérations sont plus volontiers réalisées en centre hospitalier.

Avant l’opération, je passerai vous dire bonjour le matin, et réaliser les dessins opératoires.

Au cours de l’opération, je réalise l’exérèse de la lésion, qui est envoyée au laboratoire pour analyse. Puis, si la perte de substance est de taille assez importante, la couverture est réalisée par une greffe de peau ou un lambeau. Sinon, la fermeture est réalisée à l’aide de points de suture enfouis sous la peau et résorbables, pour une cicatrice la plus discrète possible.

Après l’intervention, je passerai vous voir pour m’assurer que tout va bien. Puis votre sortie sera validée, et je vous remettrai les ordonnances pour le pansement, ainsi que les consignes post-opératoires.

Les étapes de l’intervention

Le post-opératoire

Immédiat

Les antalgiques vous aideront à soulager les douleurs, qui sont généralement peu intenses.
Un oedème (gonflement) et des ecchymoses (bleus) sont assez fréquents les 15 premiers jours. Ils régresseront spontanément.

Le lendemain de votre sortie, le pansement devra être refait par une infirmière à domicile, et ce jusqu’à cicatrisation, au bout d’une semaine environ.

Pendant environ 1 mois, il ne faudra pas faire de sport, ni efforts physiques intenses, ni soulèvement de charge lourde, pour éviter un élargissement de votre cicatrice.

Un arrêt de travail de 15 à 21 jours vous sera remis.

Le suivi

Je vous reverrai entre 1 à 3 semaines après la chirurgie pour m’assurer que tout va bien, et qu’il n’y a pas de complication. Le retour à la vie sociale sera alors en général possible.

Il faudra appliquer une crème hydratante sur vos cicatrices et réaliser des massages doux pour les assouplir. Et bien sûr les protéger du soleil la première année à l’aide d’une crème écran total.

La première consultation de contrôle aura lieu au 3ème mois. C’est à ce moment que la majorité de l’oedème aura disparu, et que l’on aura une bonne idée du rendu morphologique.

En cas de tumeur cutanée maligne, un rdv avec votre dermatologue devra être programmé, puis le suivi sera au minimum annuel, à vie, de manière à anticiper toute récidive, et à la traiter dans les temps.

D’autres consultations de contrôle auront lieu au 6ème mois, puis à 1 an où l’on aura obtenu l’effet final en terme de cicatrice.

Questions fréquentes sur les tumeurs cutanées

Voici une liste des questions les plus fréquemment posées au Dr Fray lors de ses consultation pour traitement des tumeurs cutanées.

Oui, les cicatrices sont visibles à vie. Elles seront rosées ou violacées les 3 premiers mois. Si vous respectez bien les consignes d’hydratation, de massage et de photoprotection, vos cicatrices devraient être très discrètes à 1 an de la chirurgie.

Non, à condition que vous respectiez bien le délai de 1 mois avant de reprendre le sport.

Oui, vous pourrez vous doucher, en prenant soin de ne pas frotter sur les cicatrices, et de bien les sécher. L’idéal étant de refaire le pansement juste après vous être douchée.

Honoraires de l’intervention

Les frais relatifs à la chirurgie des tumeurs cutanées sont compris entre 150€ et 600€. Ils comprennent d’une part les honoraires chirurgicaux, et d’autre part les frais en rapport avec l’hospitalisation dans la clinique, avec le bloc opératoire et l’anesthésie.

Dans la plupart des cas, la sécurité sociale peut participer à la prise en charge de l’intervention. Cette possibilité sera évaluée lors de la consultation.

Il est important de savoir que la plupart des mutuelles complémentaires peuvent rembourser tout ou une partie de ces honoraires.

Besoin de plus d’information sur la chirurgie des tumeurs cutanées à la Réunion ?

Le Dr Fray vous propose de consulter la fiche d’information éditée par la SOFCPRE (Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique) ou de prendre RDV avec lui pour un conseil personnalisé.

Téléchargez la fiche de la SOFCPRE
Prendre RDV avec le Dr Fray